Analyses spatio-temporelles des prédations du loup dans les Alpes entre 2015 et 2016

(Crédits photo : http://www.gites-de-france-alpes.com)

L’ économie du mouton devient peu à peu une « économie d’échelle ». Les prédations du loup explosent ! Pourquoi, comment, où ? Avant de parler, solutions, parlons des conditions…

« La politique de certains éleveurs, dont le nombre peut être estimé à une centaine à peine, plombe complètement les statistiques de prédations du loup. Une centaine qui détient les grands troupeaux et les solutions aux grandes prédations du loup ! Le manque de moyen de protection des troupeaux en question est une des explications, chez des éleveurs qui font du mouton une « économie d’échelle » couverte, hors assurance, par les indemnisations des pouvoirs publiques et de l’Europe. La seconde est l’anarchie qui règne en terme de tirs de destruction du loup. La dernière, le manque total d’anticipation en plaine depuis 2005!

La situation au niveau national en 2016 :

En France, en 2016, 1 313 éleveurs ont subi les prédations du loup. Le nombre de constat annuel est de 3 à 4, en moyenne, par exploitation impactée, pour un total de 70 197 élevages ovins répartis en 5 642 laitiers et 64 278 allaitants.

Seuls 19787 éleveurs sont détenteurs de plus de 50 brebis (brebis : femelle ayant agnelé).

Le cheptel ovin représente 7 200 000 têtes de bétail.

En 2015, 4 636 constats pour 7 299 victimes ovines sont enregistrés, pour 7 763 victimes au total.

En 2016, 4 767 constats pour 7 976 victimes ovines sont enregistrés, pour 8 519 victimes au total.

Les 19 787 éleveurs ovins précités se partagent la grande majorité des prairies ou estives concernées par les prédations du loup à moyen terme (dispersion du loup sur l’ensemble du territoire dès 2025).

Il ressort, sur un sondage représentatif et effectué sur une centaine d’éleveurs, que certains exploitants ovins placent leurs troupeaux sur un maximum de 11 départements. Comme l’éleveur de plaine qui allotie son troupeaux, certains éleveurs allotissent sur un grand nombre de départements. Entre 1 et 11 départements sont ainsi investis par un même éleveur.

La suite est ici: Analyses spatio-temporelles des prédations du loup 2015-2016

Laisser un commentaire