Les Yvelines, le Loup et l’Office: Se justifier quand on n’est pas coupable, c’est s’accuser!

Quel besoin, le loup a-t-il de se justifier par des raisons d’exister? Aucun, bien sûr!

Commençons par l’homme, lui même! Le technicien qui cherchant la démonstration d’un acte de braconnage n’a pas l’ouverture d’esprit suffisante à la compréhension des faits.

Histoire d’un constat effectué par deux techniciens de l’Oncfs non formés à la prédation du loup:

Les faits: le 29 décembre 2016 en forêt de Rambouillet,

  • 2 chevreuils prélevés à la couche de nuit en forêt, en même temps
    traces de lutte et de sang au sol,
  • 1 chrevrette et 1 chevrillard distants de 5 mètres, consommés,
    colonne vertébrale broyée, sur les 2 femelles, yeux encore transparents,
    une chevrette consommée à l’épaule et au cuisseau,
  • un chevrillard de 15 kg consommé, viscères rouges exclusivement, estomac et intestin de coté
  • hématomes sur le cuisseau de la chevrette (indice non détecté lors du constat), écartement des crocs, moins de 50 mm (voir la photographie jointe au dossier),
  • Tête emportée.
  • État général des proies: bonne santé, malgré des problèmes intestinaux.
    morts depuis environ, 24-48h.
  • non braconnées,
  • non percutées,

« Proies exemptes de traces de morsures (donc du passage de charognards divers et variés) »

Conclusion du constat le 29 décembre 2016, je cite:

« La cause de la mort reste difficile à déterminer et aucune preuve ne permet d’affirmer une mort liée à la prédation d’un animal quel qu’il soit »

Sur ce document il est facile de visualiser l’hématome et les marques de crocs du prédateur dans le muscle et à travers la peau!

 

Les justifications données à la presse le 16 janvier 2017, je cite:

« Nous avons expertisé ces chevreuils, croyant à un braconnage. Ils sont en réalité morts de maladie et ont été partiellement consommés par un renard, rétorque Eric Hansen, délégué régional Centre, Val-de-Loire et Ile-de-France pour l’établissement public »

le lien: http://ecologie.blog.lemonde.fr/2017/01/16/les-loups-sont-ils-aux-portes-de-paris/

Il est reconnu que les besoins alimentaires du renard sont de:

 500 gr par jour, 700 gr pour une femelle en gestation.

 

Certains faits de prédations n’ont pas été révélés à la presse…

Voici un premier dossier :

En avril 2016 une chevrette est prélevée sur la commune de Senlisse.

  • Yeux transparents.
  • Viscères rouges consommés, estomac et intestin de coté.
  • Peau retournée (typique de la prédation du loup). Proie saisie à la gorge.

En image:

Certains os sont brisés!

La proie a été saisi à la gorge, certaines vertèbres sont brisées. Les faits sont connus localement! Et n’ont pas été déclarés à l’Office, à moins que ce dossier soit encore classé dans un fond de tiroir.

Je cite l’Oncfs dans le blog du Monde, article du 16/01/16:

« Une meute tue un animal par jour. S’il y avait des loups, il serait surprenant que personne ne les ai vus ou n’ait retrouvé des cadavres d’animaux, dans des forêts aussi fréquentées que celle de Rambouillet »

 

L’Oncfs détecte-t-il toutes les proies sauvages détectées par le loup?:

Je cite  »  le réseau loup de l’ONCFS compte 3 000 membres, « des chasseurs, des naturalistes et des associations de protection de la nature, qui nous font remonter les données  » ( Le Monde)

 

Dans les faits, on recense en 2016 dans le bulletin du réseau loup:

  • 32 constats sur proies sauvages, pour 3000 membres du réseau…

Soit 1 proies découverte, sur l’année 2016, pour 100 techniciens!

 

Les besoins alimentaires d’un groupe de deux individus nécessitent de chasser tous les 4 jours en moyenne, peut-on croire que la présence du canidé est décelable alors que les faits de chasse pour le moins suspects ne semblent pas être déclarés. Et pour cause l’Oncfs nous explique que le loup ne disperse pas sur la région parisienne je cite:

« Nous savons que le loup va finir par arriver en région parisienne, mais à ce jour, nous ne sommes pas en mesure d’affirmer qu’il y est déjà présent, ni qu’il n’y est pas, puisque nous n’avons pas pu expertiser des données fiables, comme l’écartement des canines ou faire des recherches ADN sur des poils ou des crottes. »

Concernant l’écartement des canines, encore aurait-il fallut que les techniciens présents sur le constat du 29/12/2016 aient été formés.

Ce n’était pas le cas !

Pour mémoire:

L’Oncfs détecte-t-il la présence de toutes les meutes?:

Durant le suivi 2015/2016 une meute installée entre les zones de présence permanente de Trigance, Mondenier et Teillon n’a pas été détectée. Elle s’est très probablement reproduite.

Explications en Image:

 

Sur cette image datée de mars 2016, il est possible de distinguer 3 canidés, dont le plus proche est représentatif de Canis lupus, présents dans le Grand Canyon du Verdon.

Peut-on croire que les suivis effectués par les 3000 membres du réseau loup, dont on a retiré en 2016, environ 1000 fiches de données dont la plupart ne sont pas valides, permettent d’estimer réellement la présence du loup, en nombre, en montagne, comme en plaine?

Chacun y réfléchira !

(Annonces)

38 commentaires

  • Je suis certains aussi qu’ils sont bien présents dans les Yvelines. Je suis convaincu que j’en ai bien vu un loup vers les environs de Trappes et plaisir, il était d’une taille d’un berger allemand et de couleurs noir au museau et aux pattes et gris foncé sur tout le corps. Des pattes trésor fines et ainsi que le museau très pointu. C’était vraiment étonnant…

  • La présence de canis lupus ne fait aucun doute dans les 3 départements du sud parisien! Je viens de recevoir de nouvelles données tout à fait probantes, ceux qui pensent que le loup est absent se trompent, ceux qui le disent mentent…C’est une certitude! L’Yonne depuis 3 ans, et l’Aube depuis 2016 forment les deux secteurs de dispersion les plus forts vers l’ouest, alors que le canidé disperse fortement de la Marne…Le déni de la présence du canidé ne rend pas le braco aveugle, tout au contraire, il laisse libre champ aux tirs illégaux alors que les associations ne savent pas ce qui se passent, les infos diffusées par l’Office représentant le sommet de l’iceberg dans un océan de désinformation, en rapport avec le manque d’investigation sur le terrain! Au lieu d’expliquer béatement que le renard est un prédateur du chevreuil, faut-il inviter les associations concernés à prouver leurs allégations, pour le moins en rapport avec la totale méconnaissance des faits?

  • Pour conclure: Plus vous parlerez de dispersion du loup moins vous lui rendrez service.
    Mieux ne vaut-il pas, parfois, de ne pas savoir ?
    Ce qui remet en cause l’existence même de votre site.

    • “Le préjugé est enfant de l’ignorance.”

      • Je ne le vous fais pas dire ! dans ce débat du pour ou contre le loup on voit bien que tous campent sur leurs positions.
        Tout n’est pas blanc et noir et encore une fois je ne comprend pas cette volonté de recensement, qu’elle est son utilité puisque le loup de toute évidence se moque bien et des frontières et de se que l’on pense de lui.
        J’ai pensé que votre démarche était une « alerte » mais non, je repose ma question quelle est votre démarche ? j’en connais au moins une : faire fonctionner un site avec de la pub et après ?

        • Le bruit « trotte » comme le loup dans les rédactions parisiennes. L’Oncfs, qui ne souhaite plus s’exprimer sur la présence de Canis lupus dorénavant, aurait confirmé par téléphone, que les affirmations de Alliance avec les loups et de l’Observatoire du loup à propos de la présence du canidé sauvage dans les forêts parisiennes sont…je cite: « tout à fait possibles »…. Est-ce à dire: « exactes » ?

      • La censure s’exerce ! je réitère : le mot « alerte » va à l’encontre de vos idées !

      • vous surfez sur l’ambiguïté et ce n’est pas bon pour votre notoriété

        • Le bruit « trotte » comme le loup dans les rédactions parisiennes. L’Oncfs, qui ne souhaite plus s’exprimer sur la présence de Canis lupus dorénavant, aurait confirmé par téléphone, que les affirmations de Alliance avec les loups et de l’Observatoire du loup à propos de la présence du canidé sauvage dans les forêts parisiennes sont…je cite: « tout à fait possibles »…. Est-ce à dire: « exactes » ?

    • Juste avant de partir en ballade: SI vous voulez réhabilité le loup dans nos provinces évitez le mot « Alerte » , ce mot porte à confusion et donne l’impression, je m’y suis laissé prendre, que vous en êtes les détracteurs et que les pouvoirs publique font la sourde oreille, vous devriez au contraire plus insister sur votre approbation pour ce retour.

  • Je ne comprends pas votre démarche, vous soupçonné l’ONCFS de ne pas reconnaître la présence du loup, pourquoi cette démarche ? mieux vaut que les gens ne soient pas au courant du fait, ce qui laisse plus de chance au loup de divaguer librement sur le territoire à moins qu’effectivement sa présence constitue un quelconque « danger », franchement j’ai beaucoup de mal à saisir votre démarche si ce n’est un recensement des loups sur le territoire français.

    • “Ignorance est mère de tous les maux.”

      • Je ne le vous fait pas dire! et laisser les internautes sans réponse maintien cette ignorance

        • Bonsoir Arth, il me semble que l’objectif de ce site est d’informé le public en général et les éleveurs surtout car ce sont eux qui ont le plus à craindre du retour naturel du loup en France (il n’y a pas à être pour ou contre le loup, il revient de lui même sans intervention humaine) . Mais son absence durant une ou deux générations d’éleveurs fait que leurs capacités à protéger leur gagne pain est quasiment nul. Son retour doit donc d’une certaine manière être anticipée, par les différents acteurs concernés éleveurs en premier et si l’office validait sa présence sur différent territoires, L’Etat serait censé aidé à la mise en place d’une coexistence fonctionnelle entre les éleveurs qui vivent de leur élevage et le loup ce qui est en soit compliqué mais pas impossible exemple Italie, Slovenie, Roumanie. Si l’office ne fait rien, pas de loup officiellement donc pas de braconnage officiel, pas d’indemnisation pour les éleveurs victimes, ne rien faire « mène les éleveurs à la ruine et le loup au fusil ». Dans la Nièvre le loup est présent officiellement mais seulement sur photo à priori pas de recherche de crotte ou poil, malgré la mise en place par le Prefet du Plan Loup.
          Mieux on connaitra le fonctionnement de l’espèce mieux on pourra l’accueillir et se prémunir de ses attaques sur les troupeaux hein pas sur les gens.
          Sinon cela a donné quoi cette balade? Photo peut être pas mais des traces ? Sonores?

          Moi aussi il m’a fallu quelques semaines pour comprendre la démarche d’ODL.

          • Je comprend mieux et je me doutais bien que derrière ce site il y avait les éleveurs, comme cela c’est plus clair avec le mot « alerte ».
            Hier j’ai trouvé une crotte avec énormément de poils « un chien qui aura mangé un lapin » , j’en doute ?
            Je reste septique et sur mes gardes, un prédateur et un prédateur et selon les circonstances on peut vite devenir une proie et selon l’adage un homme averti en vaut deux.

            • Derrière ce site il y a des éleveurs…? Affirmation totalement dénuée de sens, tout le monde peut accéder au site et tout le monde peut contribuer à la transparence nécessaire à l’apaisement indispensable à la mise en oeuvre de pistes de solution!

              • L’observatoire du loup n’a pas de spécialiste en PASTORALISME? Je m’excuse encore mais il me semble que la définition du pastoralisme c’est: la relation entre éleveurs, troupeaux et milieux donc ELEVAGE, qui dit élevage dit forcément éleveur, si aucun éleveur ne fait parti de votre équipe il serait plus juste d’enlever PASTORALISME dans vos spécialités.
                De plus votre réponse plusieures semaines après la date du commentaire m’interroge? Seriez vous rémunérer à la « ligne » beaucoup de copier coller pour JLV en ce moment c’est difficile le retour des vacances au ski?

          • Et j’ajoute que les loups m’ont toujours fascinés mais comment pourrait-il en être autrement, ils ont hantés durablement l’inconscient de nombreux d’entre nous, je reste persuadé que le loup est présent en forêt d’Orléans depuis plus longtemps que l’on veut bien nous le laisser croire et je garde en souvenir ces « deux bergers allemand ? » que j’ai vu traverser une allée il y a plus de 4 ans et précisément pas si éloigné de l’endroit où j’ai fait mes découvertes.

  • Je ne cherche pas à prendre position, ni en faveur du loup, ni contre lui , je vois que chacun défend son camp, je cherche à comprendre et surtout en quoi pour un loup le mammifère que nous sommes ne constitue pas une proie comme les autres, affirmer que le loup n’a jamais attaqué l’homme et ne l’attaquera jamais relève peut être du déni.
    Je ne suis pas contre sa réintroduction,( je souhaite bien en rencontrer un en forêt ) mais que celle-ci reste dans le domaine de l’acceptable ce qui lui évitera de s’accoupler avec des chiennes domestiquées.
    Pour info mon adresse email n’est pas obsolète, mon système d’exploitation peut être !

  • Au sujet de la Bête du Gévaudan, je vous conseille la lecture d’un livre très documenté  » La bête du Gévaudan » de Jean-Marc Moriceau aux éditions Larousse qui rétablit la vérité à contre courant du film  » le pacte des Loups » avec sa théorie d’un complot.
    Ce livre ne laisse pas la part belle aux loups qui, sans aucun doute, furent responsables de plus d’une centaine de victimes dans cette région.
    En grand nombre les loups sont dangereux, c’est une évidence.

    • Un des bénévoles de l’Observatoire du loup est un spécialiste reconnu de la Bête du Gévaudan, et ce n’est pas JM Moriceau dont le Mercantilisme nuît gravement à la crédibilité….à 120 euro l’exemplaire doré à l’or fin d’un certain livre dont il est inutile de donner le titre ravageur, doit-on parler d’égocentrisme révélateur!

      http://www.observatoireduloup.fr/2016/03/19/pour-en-finir-avec-le-loup-predateur-de-lhomme-de-lhistorien-jean-marc-moriceau/

    • Arth est surement humoriste.
      Sacré blague l’histoire de la BETE du Gévaudan, de l’orléanais ou d’ailleurs, et dire que l’on se nomme homo « sapiens », comment peut on encore croire au XIXeme siecle que des animaux sauvages soient responsables de meurtre d’humains.
      Encore plus drôle de craindre un accident de promenade avec le loup aux vues de ses effectifs sur le territoire, interdit les voitures le risque me parait bien supérieur. Non?
      Un peu de BON SENS!

      • J’ai au moins le courage de mes opinions en indiquant mon vrai nom, je me méfie des dictatures intellectuelles c’est en cela que je suis un homo  »sapiens » « sapiens » et encore plus de la positions bien arrêtée qui consiste à faire croire à tous que les loups ou autres prédateurs ne s’attaquent jamais à l’homme ( allez pécher des saumons avec les ours et on en reparlera). Comme si « l’homme » érigé en maître absolu de cette planéte n’aurait à craindre que de lui même et je précise une nouvelle fois que je n’ai rien contre les loups et que je m’élève bien au-dessus de l’imaginaire des contes de mon enfance.

        • Pêcher avec les ours??? Voilà le type d’interaction qui mène à l’accident, pourquoi pas « manger avec le loup »…? Et le dossier il vous inspire quoi exactement…Qu’il faut chasser avec le lynx?

          • Je vais en rester là ! votre dossier reste un dossier qui à mes yeux a la même valeur qu’un dossier contre le loup; le pour et le contre m’aide à me forger une opinion, je suis un homme libre de penser ce que bon me semble, je ne cherche pas le conflit encore moins à convaincre qui que ce soit, je cherche la vérité.
            Je constate cependant que sur ce site, il ne fait pas bon d’émettre des opinions contradictoires ou simplement d’obtenir des réponses.

  • le vingt ou 21 janvier je faisais référence à la carcasse que j’ai découverte en forêt d’Orléans une prédation qui ressemblée beaucoup à celle que vous présentée sur cette page et je précisais que le loup ne doit pas être présenté comme un gentil « toutou » en référence aux multiples prédations sur l’homme aux 17 et 18 siècle la bête de l’Orléanais de Touraine et l’inévitable bête du Gévaudan, le loup reste un prédateur imprévisible, il ne faut pas mentir comme vous le dites si bien, il faut informer les gens des risques éventuels même si depuis 1992 aucun accident sur l’homme n’est à déplorer, heureusement ; cependant la multiplication de canis lupus en france, en grand nombre , pourrait avoir un effet dévastateur si les prédations s’exercent en meute.

  • où est mon commentaire sur une prédation dans le Loiret ?

  • D’après l’Oncfs, qui a changé de discours à trois reprises, deux chevreuils seraient tombés le même jour, au même endroit, à la même heure…de maladie, avant d’être fortement consommés ! C’est juste totalement improbable! Cette explication saugrenue est elle en rapport avec l’incompétence de l’Office ou encore la désinformation du public parisien…ou encore…les deux!

  • Lorsque je vois les images de prédation et surtout celle du chevreuil je ne peux m’empêcher de penser à la carcasse que j’ai découverte en forêt d’Orléans l’année dernière prés de la maison forestière du Gros Baril sur la commune de Trainou dans le Loiret, les similitudes sont frappantes, je me suis renseigné auprès de chasseurs qui m’ont affirmé que des sangliers étaient capables d’une telle prédation, je reste septique et surtout vigilant lorsque je me promène en forêt accompagné de mes jeunes enfants, doit-on attendre un accident pour finir par affirmer une évidence et ne doit-on pas prendre les mesures qui s’imposent avec le retour de canis lupus que l’on nous présente, c’est dans l’air du temps comme un gentil « toutou » et qui fit des ravages aux 17ième et 18 iéme siècles à savoir : la bête de l’Orléanais, de Touraine ou encore celle du Gévaudan .

Laisser un commentaire