La classification des données de l’Oncfs est-elle fiable?

Certaines données de présence de Canis lupus, recueillis par le réseau loup, sont traitées et classées par l’Office de manière assez surprenantes. les « classements » le sont sous la forme suivante ( entre autres):

INF: invérifiable

R: retenu

NR: non retenu


 

Peut-on mettre en doute la fiabilité des données transmises dans les bulletins officiels de l’ONCFS?

Oui, bien sûr et pour cause l’exemple suivant qui est totalement révélateur d’une politique d’information strictement partielle et totalement incomplète!

Exemple probant:

Je cite un article de presse parue le 31 Mars 2016 dans le journal de la Haute-Marne, jour de parution du dernier bulletin no 34 de l’Oncfs:

« Il curieux cette empressement à déclarer « loup exclu » les faits de Bleurville (26 mars 2013) qui ont de plus été passés sous silence, alors que sur Giraumont (dpt 54), bien plus au nord on ne nous donne aucune explication. ( 12 mars 2016 chiens très probables) Cela me rappelle d’autres faits passés! Cet événement serait-il en relation avec une nouvelle dispersion du canidé vers Darney et en provenance du massif vosgien… Un des canaux de dispersion connu du loup depuis les Vosges.
Alors info ou intox? A l’évidence, ces événements soudainement apparus le 29 mars 2016, et les prochains qui vont suivre vont permettre de savoir si la préfecture qui déclarait il y a peu « pas de tirs avant le mois de juin » désinforme, encore, les éleveurs de l’ouest-vosgien! Le loup est présent en nombre. C’est une certitude ! »

Le lien:

Coup de gueule

Voici une carte qui démontre que la dispersion du canidé vers l’ouest vosgien est en rapport direct avec la dispersion du loup en provenance du massif des Vosges, qui s’étend sur 7 départements de l’est de la France.

cartedispersionloupdarneyavril2016

 

Sur cette carte ne figure pas les faits suivants:

La dispersion du loup vers la Déodatie en 2016, est envisageable à partir d’un évènement qui n’a pas été relaté dans la presse, une meute de 4 individus, a été levée début décembre 2015 (6 décembre 2015?), lors dune battue au gros gibier entre Plainfaing et Fraize, ces canidés étaient dès le 11 décembre 2015 sur Eloyes, à une distance de 30 kms ….L’Office a classé le relevé: « invérifiable » à Eloyes??? ( voir l’image en présentation du dossier)

Pour parcourir la distance Eloyes, Bleurville, soit 47 km à vol d’oiseau, il faut entre 5 et 10 jours en tenant compte de triangulation variables en rapport avec les déplacements du canidé sauvage.


Dans les faits:

La dispersion du loup en direction de Darney (Vosges) est une certitude, en provenance du massif vosgien en 2012, 2013, 2014, et 2015, et éventuellement 2016. En rapport avec la prédation de Bleurville (26 mars 2016) qui a été classée de suite « Loup exclu », il suffit de regrouper quelques données sur une carte pour comprendre que l’Oncfs n’informe pas les éleveurs comme il le devrait! C’est aussi une certitude!


Une autre donnée ne figure pas sur cette carte:

Il faut préciser que la meute qui était présente en 2011 sur le massif, (4 individus), a été signalée à l’automne 2010, sur le même secteur géographique entre Luxeuil et Contrexéville….Depuis la consigne est claire: Motus! Signalement opéré par l’ONF, à l’époque concernée.

Ces deux communes sont situées sur la carte présentée. Contrexeville au nord de la carte, Luxeuil-les-Bains au sud.

 


 

Le déni de la présence du loup, concernant l’ouest vosgien:

 

Dans les bureaux surchauffés de l’Office la partie de poker-menteur continue. L’Oncfs explique dans son dernier bulletin que je cite: « Les attaques impactent….en limite de département de Meurthe et Moselle et de la Meuse….En l’absence d’attaque en simultanée sur les deux zones, cet enchainement plaide en faveur d’un loup ». Donc un seul canidé, en présence, exactement le discours de l’Office en 2012, dans la presse régionale..Tout comme en 2011 sur le massif, en juillet!
Dans les faits le canidé sauvage est présent : le 29/02/16 à Châtenois et à la même date à Aroffe le 17/03/2016 il est à Favières et le 17 mars, encore présent à Aroffe…à cette même date, alors qu’un canidé a prélevé 2 jours plus tôt sur Aroffe, également! Le 30 mars 2016 le loup est présent sur les moutons entre Aroffe et Aouze et sur un chevreuil à la même date entre Rainville et Maconcourt.

extrait:

Captureloupouestvosgien2016

Source Oncfs

 


 

Conclusions:

Laissons la parole à la presse en 2012, je cite

« la presse expliquait en 2012: « Malgré ce faisceau d’indices plus que troublants, son service, en particulier, et les pouvoirs publics, en général, sont restés étrangement discrets sur la présence d’un deuxième loup dans le département après celui apparu l’an passé dans le massif vosgien. Ce n’est qu’hier, dans un communiqué, que la préfecture a abordé ce qui était en train de devenir un secret de Polichinelle. »…A propos de l’Oncfs…et de la préfecture!

paru dans le 11 mai 2012 dans l’Est républicain….

le lien:

un loup attaque dans la plaine…

Peut-on croire que de nombreux raccourcis sont détectables dans les bulletins de l’Oncfs?

 

 

 

 

 

 

8 commentaires

  • Une meute de loups par ci par là, permettrait de diminuer le nombre de sangliers qui pullulent dans nos forêts, faute de prédateurs et qui dèvastent les récoltes!

  • Sur la carte présentée au nord_est de Remiremont et sur la Commune de Raon aux Bois, une trace Adn confirmé « Canis lupus » en Comité loup Vosgien prouve encore que l’Office organise l’omerta sur la présence du canidé!

  • Depuis la publication de cet article le comité loup vosgien a confirmé en Catimini lors de la dernière réunion du 4 juillet 2016 qu’ une trace d’urine qui a fait l’objet d’une analyse Adn probante ( donc canis lupus). Sur la commune de Raon aux Bois au nord-ouest de Remiremont sur la carte. Alors que le canidé est présent sur le secteur en janvier 2017. Doit-on croire que l’Office organise l’omerta sur la présence du loup ici et ailleurs?

  • De fait on ne connait que peu de choses du phénomène de dispersion du canidé sauvage. Le sujet étant classé « très sensible » l’omerta sur le sujet existe depuis la fin des années 1980. Pour info, le budget 2015, prévu au plan loup n’a pas été versé en mars 2016. Les crédits d’urgence sont limités! Comme dans toutes administrations parler des sujets qui fâchent est toujours mal venu! On ne peut expliquer qu’il n’y a que 281 loups en France tout en expliquant qu’il y a urgence à engager une mise en protection des troupeaux prévue par la loi pour les espèces prédatrices protégées. La procédure est donc la suivante: Déni-Présence d’un canidé d’origine indéterminée- Présence éventuelle d’un seul loup- parfois pendant des années. Dans certains département alors que le canidé n’est pas connu officiellement, il est établi en meute! Le braco s’en charge, en lieu et place de l’état! Ainsi on ne reparle plus du loup. En conclusion je vous conseille de lire cet article paru récemment dans le Journal de la Haute-Marne:

    http://www.jhm.fr/departement/actualites/28824-predations-du-loup-en-meurthe-et-moselle-et-dans-les-vosges-le-coup-de-gueule-de-jean-luc-valerie

  • Je m’interroge sur l’intérêt pour les autorités de cacher la présence de loups dans certains secteurs, étant donné qu’aujourd’hui, plusieurs centaines de Canis lupus sont présents rn France et que l’on connait le phénomène de dispersion de l’espèce ?

Laisser un commentaire