La situation dans l’Hérault au 1er février 2015

D’où viennent ces canidés? En premier lieu de l’Aude ou les populations sont largement sous-estimées, les canidés dispersant depuis 2012 vraisemblablement sont originaires des Pyrénées, populations espagnoles (Canis lupus lupus) comprises.
En second lieu, une dispersion au départ du département du Gard est très probable, comme en 2014, dès février, par la vallée étroite de la Dourbie.
Depuis ils sont passés dans le Tarn :
De nombreux veaux ont subi le sort du canidé dans le sud-est du département du Tarn. En autres prélèvements, sur la commune de Lacaune ou 3 veaux ont été prélevés
en novembre 2014, puis un 4éme à Brassac. Peut-on croire que le canidé est isolé.
Non, il faut déjà en douter.
L’arrivée du canidé dans le Tarn fait penser à ce qui s’est déroulé en Haute-Marne en 2012, dans le plus grand secret… La suite est une longue suite de prédations, aucun moyen de protection n’étant mis en place, dans le déni le plus total de la présence du loup. Le canidé disperse déjà sur les départements du sud-ouest, c’est une certitude,
le Lot, le Gers, la Dordogne, la Haute-Garonne et même le département des Landes, l’anticipation des moyens de protection et l’information du public en temps réel, également, sont donc indispensables à la paix sociale, encore faut-il que les pouvoirs publiques comprennent que le culte du secret nuit gravement à l’élevage et au contribuable.

Un commentaire

  • Depuis le loup a prélevé 5 fois dans le département de l’Hérault, pour un nombre de victimes qui s’élève à 5 en 2015. Comme il se doit les 4 veaux qui ont subi le sort du loup ont été classé « loup exclu » en 2014.

Laisser un commentaire